Terry Goodkind, L’épée de Vérité

 

epeeverite1

Alors que Richard Cypher, garde forestier en Terre d’Ouest où la magie n’existe pas, cherche des réponses sur le meurtre de son père et sur les événements étranges qui se produisent depuis quelques temps, il va faire une rencontre qui va bouleverser sa vie.

Lorsqu’il découvre que Kahlan Amnell, traquée dans les bois par un quatuor, vient des Contrées du Milieu où la magie est libre et a une place très importante, il se rend compte que la frontière magique entre leurs deux régions s’apprête à disparaître.

Tout ce qu’il croyait connaître jusque-là va alors se retrouver contesté.

Aidé de ses plus fidèles amis, et découvrant qu’il a un rôle important à jouer dans le conflit émergent contre Darken Rahl, le sorcier qui a pris la tête des Contrées du Milieu et maitrisant une magie dépassant celle du monde des vivants, Richard va se lancer dans une aventure pleine de rebondissements.

Un voyage dangereux, une histoire d’amour défiant la raison, et des personnages qui ne sont pas toujours ce qu’ils semblent être, “La Première Leçon du Sorcier” vous emportera dans un monde extraordinaire et très bien construit.

Une aventure surprenante !

La fantasy a pour grand avantage de nous transporter dans un monde que nous ne connaissons pas et dans ce livre, le personnage principal lui-même n’en connait pas grand-chose. Ainsi, nous découvrons en même temps que lui les composantes de ces contrées inconnues.

Lorsque l’histoire débute, on se retrouve tout de suite plongés dans l’intrigue puisque le père du personnage principal a été assassiné quelques jours plus tôt et que de nombreux événements étranges se produisent dans cette région où la magie a disparu suite à la mise en place d’une barrière entre Terre d’Ouest et les Contrées du Milieu. Ici, nous nous retrouvons face à un léger cliché puisque nous avons un personnage principal sans histoire, qui n’a plus rien à perdre puisque ses deux parents sont morts et que son frère est un homme haut placé (donc très occupé) et qui se retrouve emporté dans une épopée dont il ne comprend pas grand-chose. Un personnage sensible, fort et surtout avide de vengeance. Bref, un personnage auquel on s’attache vite.

Une fois le décor et l’intrigue posée, on se retrouve tout de suite dans une série de péripéties plus dangereuses les unes que les autres. Nous sommes donc plongé dans un récit où tout peut arriver et où chaque jour qui passe est compté. Les rebondissements sont nombreux et surtout imprévisibles ce qui rends la lecture encore plus captivante.

Pourquoi lire “La Première Leçon du Sorcier” ?

Je dirais que l’atout majeur de ce livre est son imprévisibilité. Il y a certaines choses que nous pouvons anticiper ou deviner, mais de nombreuses surprises nous attendent au détour d’un chapitre. Grâce à cette façon de nous surprendre à n’importe quel moment, Terry Goodkind nous captive et nous garde en haleine tout au long de son récit.

Pour ce qui est de la lecture, elle est très aisée. Les mots sont simples et il n’y a pas de grands passages de descriptions comme on en trouve parfois, qui durent plusieurs pages et qui nous font somnoler par leur longueur. Au contraire, ici, les descriptions sont judicieusement intégrées au milieu de dialogues ou d’actions sans pour autant en casser le rythme.

Les personnages sont le second point fort que j’évoquerai. Nous avons un personnage principal, Richard, mais ses amis Kahlan, Zedd ont une importance capitale pour l’histoire et pour la quête. Ces trois personnages sont très bien construits, avec chacun sa nature profonde, ses secrets, ses mystères,  ses peurs, ses qualités et défauts. Aucun n’est plus bon ou mauvais qu’un autre. C’est en cela qu’ils sont intéressants ; ils sont très humains.

Un petit mot sur la fin également qui selon moi est une merveille :

surprenante, secouante, très bien menée et révélatrice. Bref, une fin qui ne vous donnera pas une impression d’inachevé quand vous arriverez au point final. 

Les ombres du roman ?

Certaines scènes sont quelques peu contradictoires au niveau des dialogues. A l’intérieur d’un même dialogue, on se retrouve avec des phrases assez poussées et recherchées (comme on s’y attend dans les livres fantasy), et d’autres fois, on passe à un langage presque enfantin, notamment dans les conversations entre Richard et Kahlan. Un peu déconcertant au début, mais on finit par s’y faire après quelques chapitres.

Une autre remarque, mais cette fois, c’est un ressenti très personnel. Certains prénoms (Richard, Michael, Rachel…) me “dérangent” en quelque sorte car ce sont des noms de notre monde, et les voir ainsi dans un livre de fantasy me fait un peu tiquer. Je cherche la petite bête me direz-vous.

Certaines scènes m’ont fait penser à des passages d’autres romans, ou d’adaptations au cinéma (Eragon, Le Seigneur des Anneaux), même si c’est relativement rare.

Un dernier petit mot : Pour ceux qui connaissent la série “Legend of the Seeker” créée à partir de ce roman, il ne faut pas lire ce livre parce que vous avez apprécié la série. Elle n’a rien à voir avec le livre mis à part les personnages. Ce sont comme la nuit et le jour. En revanche, lisez-le pour vous évader dans ces terres inconnues et mystérieuses que sont les Contrées du Milieu.
 
Lilou

Chroniques Lilou&Claire

Vous avez aimé la chronique ? Votez pour le livre que Lilou devra lire et chroniquer en maiinscrivez-vous dès maintenant à la lettre des Chroniques de Lilou&Claire et vous serez tenu au courant du prochain vote !