Ne commencez pas. Remettez ces Lego dans votre carton de vieux jouets ;-)

Si je vous en parle, c’est parce que derrière ces petites briques multicolores se cache une idée de génie. Une idée qui pourrait bien révolutionner votre manière de penser et vous aider à créer la structure de votre histoire. Comment diable est-ce possible ? C’est ce que vous allez découvrir.

La puissance des Lego

N’avez-vous jamais été nostalgique en pensant à votre enfance ?

Je crois que tout le monde l’est un peu. Cela m’arrive aussi et pourtant je n’ai que 23 ans !
Ce n’est donc pas une question d’âge, mais d’émotions et de sensations liées à nos souvenirs.

Pour cet article, je vais vous demander de pratiquer un petit exercice :

Fermez les yeux (sans mettre votre vie en danger, attendez d’avoir coupé le contact ;-))
Le temps d’un instant, remémorez-vous une période de votre jeunesse.
Plus précisément, une période où vous vous amusiez avec vos briques multicolores… ou tout équivalent.

Que vous évoque ce souvenir? Pour ma part, je pense que l’intérêt de ces briques résidait dans les possibilités infinies de création qu’elles offrent.

Votre plaisir était peut-être de créer un château fort où vivaient un roi et une belle princesse qui, enfermée dans sa tour, attendait son preux chevalier.

Ou encore de faire revivre le Far West, et de vous imaginer cow-boy, tirant sur tout ce qui bouge.

Bref, mêmes briques pour tous, mais créations différentes.

Là est le principe fondamental des Lego :

« Votre histoire est un assemblage de briques. L’astuce est de savoir où mettre la brique suivante. »

Cette idée semble d’une extrême simplicité et, à dire vrai, c’est le cas.

Mais lorsque vous planifiez votre histoire, vous agissez de la même manière.

Vous avez votre tas de briques.

Ces briques, vous les assemblez tout en veillant à ce qu’elles s’emboîtent correctement les unes dans les autres.

Si certaines briques bloquent, cela signifie qu’elles ne sont pas à la bonne place.

Dès lors, vous pouvez et devez les déplacer et peut-être en enlever certaines. Le tout jusqu’à ce que le résultat soit satisfaisant.

Comment mettre en action le pouvoir des Lego dans votre écriture ?

Nous allons utiliser le même procédé, mais en 2 étapes.

Première étape :

Procurez-vous des cartes blanches rigides.

Vous allez rédiger les points clés de chaque scène en une ou deux lignes. Une scène par carte.

Pour le moment, ne vous souciez pas de l’ordre dans lequel vous écrivez ces scènes.

Ne réfléchissez pas trop. Écrivez vos idées aussi vite qu’elles vous viennent.

Par exemple :

  •  Mathieu est jaloux de John, car il sort avec Leïla
  •  John embrasse Leïla pour la première fois
  •  John rencontre Leïla
  •  Mathieu se bat contre John
  •  John et Mathieu préparent un projet d’entreprise important
  •  …

Vous pouvez bien sûr ajouter des intrigues secondaires dans le but de rendre votre histoire plus captivante, plus complexe :

  •  Le projet d’entreprise de John et Mathieu fait face à des difficultés financières
  •  Leïla doute de la sincérité de John dans leur relation
  •  Mathieu intervient dans la relation de John et Leïla
  •  Le père de Leïla est un banquier réputé
  •  L’ex-petit ami de Leïla revient vers elle
  •  …

Une fois que vous avez les scènes nécessaires, prenez vos cartes et commencez à les placer dans l’ordre que vous estimez juste. S’il le faut, monopolisez une table !

Mettez en premier lieu les cartes qui forment l’intrigue principale.

Petit à petit, vous intercalerez les cartes qui forment les intrigues secondaires. Ainsi vous éviterez de vous embrouiller inutilement.

Seconde étape :

Elle consiste à vérifier que votre histoire se déroule correctement et que toutes les scènes s’enchaînent avec logique.

Lisez les cartes de la première à la dernière, comme si vous lisiez votre revue préférée. Remarquez-vous une incohérence ?

Si c’est le cas, prenez la carte qui se situe au mauvais endroit et mettez-la ailleurs. Puis reprenez votre lecture depuis le début.

Une idée de scène vous vient à l’esprit ? Écrivez-la sur une carte vierge et trouvez sa place dans votre histoire.

Reprenez votre lecture depuis le début. Vous constatez que tout est connecté, que chaque carte, forcément, influence les cartes suivantes.

Continuez d’ajouter, de déplacer, de supprimer vos cartes jusqu’à que vous obteniez une histoire cohérente et qui vous plaît.

Une histoire est un ensemble d’unités, liées comme les perles sur une ficelle.
Chaque scène doit servir un but précis.
Chaque scène doit faire avancer l’histoire.
Chaque scène doit rendre la scène suivante inévitable.

Je vous demande de tester cette technique, même si votre histoire est déjà avancée, et de me donner ensuite votre avis.

La méthode vous a-t-elle aidé ? Avez-vous remarqué une incohérence dans votre histoire ? Cette approche ne vous convient-elle pas ?

 

Écrit par :