Mai 2015 – Mots éparpillés

Bonjour à tous ! :) Cet article participe au rendez-vous mensuel « Mots éparpillés » de Margarida Llabres et Florence Gindre, projet inspiré par « Mots sauvages » de Cécile Benoist.

Pour permettre à nos membres de participer à ce concours, nous avons mis en place sur le forum d’écrire-un-roman un nouveau jeu. Ce dernier permet de sélectionner un texte gagnant que nous affichons dans cette rubrique, chaque mois.
Sans plus attendre, voici celui qui a été sélectionné ce mois-ci :


 


 

L’arbre remarquable du parc Cireur n’avait jamais attiré autant de monde.
Pendant que l’équipe de scientifique s’affairait, prenant méthodiquement photos, mesures et échantillons, les deux corps suspendus à la branche la plus basse oscillaient. Leurs yeux injectés de sang fixaient sans vie l’espace devant eux. Leurs visages tuméfiés s’exposaient à la foule qui se pressait, en une fascination morbide, contre les barrières de la scène de crime.
Lorsque le directeur du parc alerté dix minutes plus tôt arriva, il senti ses genoux se dérober, sa bouche s’ouvrir d’horreur, en reconnaissant ses employés.
« C’est… du moins, c’était Wanda Clause la dame-pi… l’agent de service, se rectifia le directeur, et Uri Black le jardinier. »
Les copeaux de bois brulés s’enfonçaient sous les bottes de l’inspecteur, les cendres formaient un cercle autour des macchabées et des symboles étranges étaient tracés par du sang.
Un des scientifiques s’approcha de lui avec une tablette « Quelqu’un a reconnu les symboles tweetés par un des gamins et il a renvoyé un lien. »
On pouvait lire sur “RitueldeNécromancie.com”, “Transformer un aesculus hippocastanum en une perversion noire”.
L’inspecteur saisit la tablette :
« – Qu’est-ce que c’est que ce charabia bon sang !
– C’est le nom savant du marronnier. Tous les indices affirment l’hypothèse du rituel, l’arbre, la cendre, les symboles…
– En 17 ans de carrière, je n’avais encore jamais vu ça…
– J’ai poursuivi ma lecture… Je pense que quelqu’un essaye de constituer une armée de mort. Déconfi, le jeune scientifique ajouta : c’est la déclaration de guerre d’un mage noir.
– Dites plutôt un enfoiré d’allumé ! »
Soudain des racines sortirent de terre, se saisissant des membres de la foule sous la ramure.
Seul le sifflement des cadavres couvrit les hurlements de ceux qui s’enfonçaient déjà dans la terre.



Texte de Jenhalie

Mots éparpillés – Octobre

Cet article participe au rendez-vous mensuel « Mots éparpillés » de Margarida Llabres et Florence Gindre, projet inspiré par « Mots sauvages » de Cécile Benoist.

Pour permettre à nos membres de participer à ce concours, nous avons mis en place sur le forum d’écrire-un-roman un nouveau jeu. Ce dernier permet de sélectionner un texte gagnant que nous affichons dans cette rubrique, chaque mois.
Sans plus attendre, voici celui qui a été sélectionné ce mois-ci :

ATTENTION – Texte pour public averti.


Continue reading